Santé / Maladie / Covid-19 / Vaccin contre le Covid-19

Covid-19 : un an après, ce que l'on sait (désormais) et ce que l'on ne sait (toujours) pas du virus

www.francetvinfo.fr
lecture 7 min
assez facile
Jamais un virus n'avait suscité tant de publications scientifiques en si peu de temps. Si son fonctionnement et sa structure sont désormais bien connus, on ignore encore, entre autres, comment il est passé à l'être humain.
Covid-19 : un an après, ce que l'on sait (désormais) et ce que l'on ne sait (toujours) pas du virus



Le printemps 2021 a, dans l'Hexagone, un goût amer de retour à la case départ. Un an après le premier confinement, les services de réanimation sont à nouveau débordés, les commerces jugés non essentiels fermés, et les déplacements restreints. Espéré initialement pour l'été 2020, le "monde d'après" se fait désirer. Pourtant, les connaissances ont beaucoup progressé sur le Covid-19 ("co" pour corona, "vi" pour virus, "d" pour "disease" comme "maladie" en anglais, et "19" pour 2019, l'année où le virus a été identifié à Wuhan, en Chine). Que sait-on de ce virus, sur lequel le gratin des épidémiologistes mondiaux se penche depuis plus d'un an ? Et que ne sait-on toujours pas ? Franceinfo récapitule.

Ce que l'on sait désormais

• Des variants plus transmissibles sont apparus. Depuis un an, le virus Sars-CoV-2 a été scruté sous toutes les coutures, suscitant une avalanche de littérature scientifique jamais vue à ce niveau auparavant. "Si je tape Covid sur le site PubMed, qui recense tous les articles scientifiques, j'obtiens 120 000 articles recensés, sans compter tous les articles en prépublication. A titre de comparaison, pour le VIH, on en est à 380 000, soit à peine trois fois plus avec quatre décennies de recul", expose Olivier Schwartz, responsable de l'unité Virus et Immunité à l'Institut Pasteur. D'où, explique-t-il encore à franceinfo, "des progrès énormes sur la compréhension du virus, son fonctionnement, sa structure, et la façon dont il entre dans l'organisme et se multiplie dans les cellules infectées".

Mais un nouveau champ d'investigation s'est ouvert ces derniers mois. Les mutations du virus ont en effet pris un tour plus alarmant avec quelques variants qui modifient, selon le CNRS, "la transmissibilité ou la virulence du virus, ou encore sa sensibilité aux traitements et vaccins". "On a vu qu'avec sa propagation active, détaille encore Olivier…
Anne Brigaudeau
Lire tout l'article