Erika Vlieghe, ancienne présidente du GEES : "J'ai souvent eu l'impression qu'on défendait trop peu la santé publique"

www.rtbf.be
lecture 3 min
assez facile
"Je n'ai jamais reçu de mandat clair", a déploré vendredi Erika Vlieghe. L'ancienne présidente du GEES, le groupe de travail chargé de la stratégie de déconfinement lors de la première vague de la pandémie de Covid-19 était interrogée par la...
commission spéciale de la Chambre. La professeure de l'Université d'Anvers a vivement critiqué la structure de décision belge : "l'éparpillement des compétences, le nombre de ministres, les tiraillements et les discussions sans fin entre niveaux de pouvoir ont été un 'killing factor' dans l'épidémie."

Erika Vlieghe a travaillé pour un premier comité scientifique, avant de siéger au sein de la cellule d'évaluation fédérale (Celeval) et de présider le Gees. Elle a désormais intégré l'équipe du commissaire corona Pedro Facon, pour lequel elle travaille à 60%. "C'est la première fois que je dispose d'un contrat", a-t-elle d'ailleurs fait remarquer.

Pendant la première vague, "il n'y a jamais eu de mandat vraiment écrit ni de mode opératoire clair. Ce fut une pierre d'achoppement pour les organes d'avis", a constaté Erika Vlieghe. "Ce comité scientifique était une bonne idée. Nous avons fait de notre mieux mais ce n'était pas clair. Lorsque vous impliquez des externes dans une politique, il faut que le cadre dans lequel ils travaillent le soit", a-t-elle suggéré.

Selon elle, les difficultés vécues lors de la première vague de la pandémie étaient davantage dues à la structure de décision qu'à la mauvaise volonté…
Lire tout l'article