La Wallonie doit être réformée, pas la loi de financement

plus.lesoir.be
lecture 5 min
assez facile
Le site du journal Le Soir Plus, premier site d'information en Belgique francophone. Actu en continu, archives gratuites, galeries photos, podcast, vidéos, blogs de la rédaction, résultats sportifs, forums...
Je vous dis cela pour en arriver à la remarque suivante : la Belgique francophone souffre, en ce qui concerne son économie et sa prospérité, du syndrome hollandais. Et le prochain cycle de réforme de l'État, revenu dans le débat ces dernières semaines, risque d'aggraver cette maladie. Ça semble peu sympathique de s'exprimer de la sorte, je m'en rends compte. Mais j'aime la Wallonie. Et je suis même follement amoureux de Bruxelles. Aussi, dans ce qui suit, je vais posément m'expliquer.

Connaissez-vous le syndrome hollandais ? Je ne parle pas ici de goût culinaire. Le syndrome hollandais est une expression tirée du jargon économique qui désigne le fait que la prospérité d'un secteur peut avoir des conséquences désastreuses pour d'autres secteurs dans un même pays. C'est ce qui s'est passé aux Pays-Bas dans les années 1960, lorsque la vente de gaz naturel aux autres Etats a connu un essor considérable, entraînant une hausse de la valeur du florin, avec pour effet négatif que d'autres secteurs ont été moins en mesure d'exporter leurs produits.

Lundi dernier, « Le Soir » écrivait que la province de Flandre-Orientale avait franchi la barrière magique des 80 % d'emploi en 2020. Malgré la crise du covid-19. Contraste saisissant : le taux d'emploi atteint à peine 64 % dans le Hainaut. Dans cette province, 31 % des 25-64 ans sont inactifs. En d'autres termes, plus de 3 personnes sur 10 ne travaillent pas et ne cherchent pas d'emploi. Et si nous examinons de plus près les courbes du chômage, nous verrons que chaque province flamande fait mieux que chaque province wallonne. Et pourtant, le niveau d'éducation n'est nulle part aussi élevé qu'en Brabant wallon.

Comment cela est-il possible ? A cause du syndrome hollandais. Si la Wallonie était un pays à part entière, elle verrait sa prospérité rétrograder avec de tels niveaux de chômage, et elle devrait revoir à la baisse…
Lire tout l'article