Ursula Von Der Leyen sur le Sofagate: "Cela montre la distance qu'il nous reste avant que les femmes ne soient traitées en égales"

www.rtbf.be
lecture 3 min
assez facile
Le "Sofagate" a fait son retour sur le devant de la scène européenne à l'occasion de l'ouverture de la plénière du Parlement européen, lundi. Le président du Conseil européen Charles Michel et la présidente de la Commission européenne Ursula von der...
Leyen étaient appelés à faire le point sur le sommet européen de fin mars et la visite des deux responsables à Ankara le 6 avril.

Près de trois semaines après l'incident, l'Allemande a enfoncé le clou. "Je suis présidente de la Commission, et c'est ainsi que j'attendais d'être traitée durant la visite en Turquie. Mais cela n'a pas été le cas", a-t-elle lancé, prenant la parole après le Belge face aux eurodéputés. "Je ne trouve rien dans les traités européens qui justifie la manière dont j'ai été traitée. Je dois donc en conclure que cela a eu lieu parce que je suis une femme". Précédemment, Charles Michel avait une nouvelle fois regretté l'incident et rappelé que les services européens du protocole n'avaient pas eu un accès préalable à la salle. Le protocole en lui-même a fait débat ces dernières semaines, les différents observateurs n'étant pas d'accord sur l'implication concrète à donner à l'ordre de préséance en faveur du président du Conseil.

►►► À lire aussi : Marasme diplomatique et noms d'oiseaux, l'affaire du "Sofagate" échauffe les esprits entre l'UE et la Turquie

"Je me suis sentie blessée"

Les images du moment où Charles Michel et le président turc Recep Tayyip Erdogan s'installent dans deux fauteuils placés côte à côte, tandis qu'Ursula von der…
Lire tout l'article