2020 en cinq temps de jazz

www.ledevoir.com
lecture 3 min
assez facile
Privée de concerts, cette musique de l'instant présent s'est repliée en de riches propositions d'albums.
L'album politique : I Am a Man, Ben Williams

Ce disque est jazz au sens large : on dirait la trame de fond d'un voyage sociopolitique où le R&B, la neo soul et le hip-hop alimentent la réflexion du bassiste américain, ici entouré de Justin Brown, Keyon Harrold et Marcus Strickland. Le titre du disque renvoie au slogan utilisé durant la lutte pour les droits civiques, et reflète plus largement les préoccupations sociales et raciales qui animent la société américaine en 2020. Puissant.

Mais aussi : Axiom de Christian Scott aTunde Adjuah. Jazz incandescent porté par des rythmes tribaux et nourri des musiques afro-américaines, autochtones ou ouest-africaines ; Axiom fait briller tout ce qui alimente le trompettiste Christian Scott dans son cheminementà la fois spirituel, musical et politique.

L'album de groupe : Artemis, Artemis

Elles sont sept, d'un peu partout sur la planète : Renee Rosnes (piano), Anat Cohen (clarinette), Melissa Aldana (saxophone ténor), Ingrid Jensen (trompette), Noriko Ueda (contrebasse), Allison Miller (batterie) et Cécile McLorin Salvan (chant). Autant de voix fortes réunies dans un supergroupe qui a la particularité d'être un réel… groupe. C'est-à-dire que ces musiciennes d'exception ont réussi collectivement à faire la somme de leur talent individuel pour livrer un album remarquablement cohérent : improvisations riches, écriture soignée, fluidité partout.

Mais aussi : RoundAgain de…
Guillaume Bourgault-Côté
Lire tout l'article