« Carbone & Silicium »: Mathieu Bablet émancipe ses intelligences artificielles

www.20minutes.fr
lecture 5 min
assez facile
Mathieu Bablet commente cinq séquences de son nouvel album d'anticipation, « Carbone & Silicium », dans lequel il imagine l'avenir des intelligences artificielles
Détail de la couverture de « Carbone & Silicium » — © M. BABLET & éd. ANKAMA 2020

« Carbone & Silicium » met en scène deux intelligences artificielles qui, traversant les décennies, assistent au déclin de l'humanité.

C'est le cinquième album solo de Mathieu Bablet, diplômé des Arts Appliqués de Chambéry.

« Shangri-la », son précédent récit, a fait partie de la sélection officielle du Festival International de la BD d'Angoulême 2017 et s'est vendu à plus de 107.000 exemplaires.

Les robots ne signeront pas la fin de l'humanité. En tout cas selon Mathieu Bablet, qui propose dans Carbone & Silicium (éd. Ankama), une vision des rapports homme/machine moins fataliste – car moins simpliste ? – que James Cameron dans Terminator. Les deux intelligences artificielles au centre du récit, elles, se comportent plutôt en témoins, traversant les décennies en observant, sans (trop) interférer, l'essoufflement d'une espèce humaine à l'origine de désastres écologiques, économiques, politiques et sociaux.

Carbone et Silicium sont en effet les prototypes d'une nouvelle gamme d'androïdes destinée à prendre soin d'une population humaine vieillissante… sauf que s'ils se montrent extrêmement respectueux des trois lois d'Asimov, notamment celle stipulant qu'un robot ne peut porter atteinte à un être humain, les « faux jumeaux » (ils sont issus d'une même entité) s'émancipent et prennent la fuite. Carbone est vite rattrapée, alors que Silicium se lance dans l'exploration du monde. Leurs points de vue, bienveillants à l'endroit de l'être humain, se forgent et divergent au fil de leurs expériences, bien distinctes. Mais si Silicium se nourrit de la sienne, Carbone souffre d'avoir été abandonnée par son alter ego…

© M. Bablet & éd. Ankama 2020

L'explication par l'image

Mathieu Bablet a accepté de se prêter à une « étude de cases », c'est-à-dire de commenter quelques séquences représentatives de l'album sélectionnées par 20 Minutes. Retrouvez ses analyses (ou révélations) à la suite de…
Olivier Mimran
Lire tout l'article