Crise d'Octobre: l'envers de la médaille

www.journaldemontreal.com
lecture 3 min
assez facile
À l'occasion du 50e anniversaire de la crise d'Octobre, les médias nous replongent dans une période inconnue de nombreux Québécois.
À l'occasion du 50e anniversaire de la crise d'Octobre, les médias nous replongent dans une période inconnue de nombreux Québécois qui sont nés après les années 1970.

Avec le recul, ceux qui ont vécu les années de turbulence politique entre 1963 et 1970, qui se sont soldées par les kidnappings du FLQ, ont tendance à les évoquer avec nostalgie. Les felquistes sont présentés tels des héros révolutionnaires habités par leur idéal de la libération du peuple.

Or le seul portrait critique du FLQ est le fait de la seule femme à avoir participé activement à l'enlèvement de James Richard Cross, l'attaché commercial britannique à Montréal. Louise Lanctôt était membre de la cellule Libération en compagnie entre autres de son mari, Jacques Cossette-Trudel, et de son frère, Jacques Lanctôt.

Par la suite, elle a été d'abord exilée à Cuba durant quatre ans avant d'être accueillie en France en 1974 en tant que réfugiée politique. En 1978, elle reviendra au Québec et sera condamnée à deux ans de prison, mais sera libérée après huit mois.

Histoire tragique

Louise Lanctôt…
https://www.journaldemontreal.com/auteur/denise-bombardier
Lire tout l'article