Croulant sous les ventilateurs inutilisés, Ottawa essaie d'annuler les contrats restants

www.ledevoir.com
lecture 4 min
standard
Achetés dans la panique du début de la pandémie, 13 000 appareils non désirés restent à être livrés.
Voyant la pandémie arriver au pays l'an dernier, Justin Trudeau avait commandé des milliers de ventilateurs pour soigner les futurs malades de la COVID-19. Mais un an plus tard, moins de 2 % de ces ventilateurs achetés par Ottawa ont en fait été distribués aux provinces, qui n'en avaient pas besoin. Aux prises avec la quasi-totalité de ces commandes, le gouvernement fédéral tente maintenant d'annuler le reste des livraisons à venir.

Un sous-ministre du ministère de l'Approvisionnement et des Services publics, Michael Mills, révélait en comité parlementaire récemment qu'Ottawa avait reçu plus de 25 000 des 40 000 ventilateurs commandés auprès de 14 entreprises ou consortiums. De ce nombre, 500 ont été expédiés aux provinces (soit 1,8 %).

Au Québec, moins de 60 ventilateurs ont été réclamés au fédéral, car la province et ses experts estiment que les besoins « sont suffisamment comblés ». En date de jeudi, la province en avait déjà reçu huit et en attendait 50 autres. « Cela correspond à notre besoin en tenant compte du fait que notre propre réserve contient déjà quelques centaines de ventilateurs prêts à être déployés dans les établissements de santé », explique un porte-parole du ministère québécois de la Santé. Le réseau dispose d'un peu plus de 5000 ventilateurs, dont 2150 qui sont des respirateurs de soins critiques.

Une première livraison du fédéral avait en outre acheminé 400 ventilateurs aux provinces en tout début de pandémie, en puisant dans la Réserve nationale stratégique d'urgence d'Ottawa. Le Québec en avait alors reçu 90.

Puisque les besoins des provinces se sont avérés bien en deçà de ce qu'avait prévu Ottawa, le ministère de l'Approvisionnement s'est résolu à…
Marie Vastel
Lire tout l'article