Polytechnique: une jeune étudiante autochtone joint l'Ordre de la rose blanche

www.ledevoir.com
lecture 4 min
assez facile
La jeune femme a elle-même été victime de violence contre les femmes.
La lauréate 2020 de l'Ordre de la rose blanche, décerné par Polytechnique Montréal en mémoire des victimes de la tuerie antiféministe de 1989, a elle-même été victime de violence contre les femmes. L'étudiante d'exception, une fière Autochtone, a révélé jeudi avoir été agressée sexuellement sur le campus, deux jours avant le début des classes.

La violence contre les femmes prend plusieurs formes.

En acceptant son prix jeudi pour son excellence académique et son engagement communautaire, Brielle Chanae Thorsen a fait écho à la violence subie par les victimes et les survivantes de la Polytechnique en partageant son histoire et en posant cette question : En 2020, en faisons-nous assez pour mettre fin à la violence contre les femmes ?

« J'ai appris à la dure que nous n'avons pas tous une chance égale de réussir à l'université », a déclaré avec émotion la jeune ingénieure crie de 22 ans.

Et ce ne fut tristement pas le cas des 14 femmes qui ont été abattues et des 13 personnes blessées par Marc Lépine dans les salles de classe de cette école de génie, le 6 décembre 1989.

Depuis six ans, pour honorer ces victimes et tous ceux qui se sont retrouvés au cœur du drame, Polytechnique Montréal décerne l'Ordre de la rose blanche, une bourse de 30 000 $ qui est remise annuellement à une étudiante canadienne en génie qui désire poursuivre ses études dans ce domaine aux cycles supérieurs.

Brielle a entrepris une maîtrise en génie mécanique à l'Université Queen's de Kingston, en Ontario. Elle avait auparavant obtenu un baccalauréat en génie mécanique et mathématiques de cette même université.

La jeune femme a un parcours déjà bien étoffé, tant au niveau sportif — elle fait…
Stéphanie Marin
Lire tout l'article