Ryan George, le Montréalais qui ridiculise les scénarios hollywoodiens

ici.radio-canada.ca
lecture 5 min
assez facile
L'artiste parvient à gagner sa vie en publiant des vidéos qui soulignent les incohérences des mégaproductions.
Avec plus de 200 millions de vues sur YouTube, les capsules humoristiques Pitch Meetings, de Ryan George, ont su retenir l'attention des fans de films américains. Si bien que le Montréalais parvient à gagner sa vie en publiant ces vidéos baveuses, sans être méchantes, qui soulignent les incohérences des mégaproductions.

L'idée de mettre à nu ces faiblesses scénaristiques lui est venue en écoutant The Comeback Kid, un monologue comique de John Mulaney. Dans un numéro, l'humoriste ridiculise plusieurs éléments de la série de films Retour vers le futur, notamment l'amitié improbable et jamais expliquée entre les deux principaux personnages, un étudiant du secondaire (Marty McFly) et un physicien nucléaire en disgrâce (Emmett ''Doc'' Brown).

Quand on prend le temps de déconstruire l'histoire de la plupart des films, on se rend compte qu'il y a plein d'éléments douteux qu'on accepte sans trop se poser de questions. Ryan George

Une routine spartiate

Entièrement conçues par Ryan George, les vidéos des Pitch Meetings sont publiées sur une base hebdomadaire. Pour rester à l'affût des nouveautés, le créateur s'impose une routine spartiate. Je vais voir un film à sa sortie [médiatique] le jeudi soir, puis je travaille jusqu'au samedi soir afin de pouvoir mettre [la vidéo] en ligne le dimanche.

Le processus de recherche-création consiste d'abord en un visionnement (rarement deux) accompagné d'une prise de notes, puis de beaucoup, beaucoup de temps passé en ligne sur les forums de fans et sur différentes chaînes YouTube afin de trouver un maximum d'éléments pouvant être tournés en dérision.

L'écriture, le tournage et le montage sont réalisés à domicile, le sous-sol faisant office de studio. Les vidéos sont ensuite diffusées sur la chaîne YouTube de Screen Rant, un site Internet consacré aux…
Thomas Lafontaine
Lire tout l'article