Vent d'optimisme pour les start-ups

www.lesaffaires.com
lecture 4 min
assez facile
Les vagues de COVID-19 n'ont pas noyé les start-ups. Ces dernières semblent au contraire surfer sur cette déferlante.
La cofondatrice et PDG de Bonjour Startup Montréal, Liette Lamonde (Photo: courtoisie)

DÉFI START-UP. Les multiples vagues de COVID-19 n'ont pas noyé les start-ups montréalaises. Ces dernières semblent au contraire surfer sur cette déferlante, selon des experts du domaine interrogés par Les Affaires.

«Il y a beaucoup d'investissements et d'excitation dans le marché», a affirmé Katy Yam, directrice générale de FounderFuel, l'accélérateur de la firme Real Ventures.

Même constat pour la cofondatrice et PDG de Bonjour Startup Montréal, Liette Lamonde. «Au début de la pandémie, on était vraiment inquiets, mais cela se passe bien. Donc on ne voit pas une hécatombe», a-t-elle dit.

Selon elle, de par son essence, l'entreprise en démarrage est capable de s'adapter et de pivoter pour se réorganiser ou changer son modèle d'affaires. Et cela l'a bien servi durant la crise sanitaire.

«La COVID, c'est une crise, mais l'innovation et les opportunités viennent de grands changements. Nombreuses sont les start-ups qui en ont profité», a souligné de son côté le cofondateur et directeur de l'incubateur District 3, Xavier-Henri Hervé.

«Avant la pandémie, on a eu la pandémie de Trump qui attaquait la science. La COVID a permis de revaloriser la science en montrant sa contribution positive pour la société», a-t-il ajouté.

Dans ce contexte, pas étonnant que de jeunes pousses liées au domaine de la santé comme Molecular Forecaster, Affinité Instruments et Haleo aient pu jouir de ce mouvement.

Katy Yam souligne également que les secteurs du commerce électronique, des services de paiement, des technologies financières («fintech»), des…
Emmanuel Martinez, Les Affaires
Lire tout l'article