L'industrie du vaccin court derrière l'immunité mondiale

www.lecho.be
lecture 7 min
standard
La production de doses de vaccins monte en flèche, malgré des goulots d'étranglement qui inquiètent le secteur. Mais on ne pourra pas vacciner tout le monde avant deux ans, estiment des prévisionnistes.
Personne n'est en sécurité tant que tout le monde n'est pas protégé. Le slogan qui s'est imposé au début de la pandémie n'a pas perdu de sa résonance, à l'heure où la vaccination a pris son rythme de croisière dans les pays développés. Ils ne représentent que 15% de la population mondiale mais ils ont pré-réservé la moitié des doses annoncées par l'industrie. Dans les pays à faible revenu, par contre, la distribution ne suit pas. L'initiative Covax, censée y assurer la livraison de vaccins, moulinait déjà quand l'Inde, frappée par une flambée catastrophique de l'épidémie, a mis un coup d'arrêt à ses exportations de doses vers l'étranger. Covax a ainsi perdu son premier fournisseur – le Serum Institute of India – alors que l'initiative n'a livré à ce jour que 41 millions de doses, une goutte d'eau.

"On est face au risque énorme d'un retour à la case départ." Agathe Demarais Economist Intelligence Unit

"On est face au risque énorme d'un retour à la case départ", avertit Agathe Demarais, directrice des prévisions à l'Economist Intelligence Unit. Selon les dernières projections de son réseau, la vaccination à grande échelle n'atteindra la plupart des pays d'Afrique qu'à partir de 2023 – et l'horizon est le même pour d'autres pays voisins de l'Europe, comme l'Ukraine et la Biélorussie. Avec le risque d'ici-là de laisser s'y développer de nouvelles mutations du virus qui se répandront ensuite à l'échelle globale. Bettina Borisch, professeure à l'Institut de santé globale de l'Université de Genève, s'inquiète elle aussi: "Il serait inacceptable de ne pas avoir vacciné les professionnels de la santé dans certains pays tout en commençant à avoir une couverture vaccinale trop large par rapport aux besoins dans nos pays. C'est une question éthique, mais aussi de santé globale."

Vue en plein écran Les objectifs de production sont cependant loin d'être atteints et l'expérience douloureuse d'AstraZeneca incite à la prudence face aux projections des industriels.…
Lire tout l'article