Pirates des Caraïbes : le désastre de Disney dans le jeu vidéo, avec L'Armada de...

www.ecranlarge.com
lecture 9 min
assez facile
Le jeu vidéo Pirates des Caraïbes : L'Armada des Damnés devait être un événement. Mais ce fut un désastre made in Disney. Quand on pense à Pirates des Caraïbes, on pense à Johnny Depp en Jack Sparrow,
Le jeu vidéo Pirates des Caraïbes : L'Armada des Damnés devait être un événement. Mais ce fut un désastre made in Disney.

Quand on pense à Pirates des Caraïbes, on pense à Johnny Depp en Jack Sparrow, à la réjouissante trilogie de Gore Verbinski, aux suites La Fontaine de jouvence et La Vengeance de Salazar pas forcément indispensables, et au futur de la franchise, avec un nouvel épisode porté par Margot Robbie. Mais on pense rarement aux adaptations vidéoludiques de la franchise, dont la finalité était avant tout de remplir le catalogue des produits dérivés et les rayons jouets des supermarchés.

Il y a tout juste dix ans pourtant, en octobre 2010, Disney mettait fin à un projet de plusieurs dizaines de millions de dollars qui aurait pu tout changer. Le jeu Pirates des Caraïbes : L'Armada des Damnés était annulé, à la surprise générale, quelques mois avant sa sortie, après avoir mobilisé près de 200 personnes pendant plus de deux ans.

Disney fuyant l'équipe de Propaganda Games

L'histoire de ce développement avorté, c'est l'histoire de la chute de son malheureux géniteur, Propaganda Games, mais c'est aussi et surtout l'histoire du rendez-vous manqué de Disney avec le jeu vidéo.

Parce que Disney a longtemps cru, à juste titre, pouvoir se faire une place au sein de cette lucrative et dominatrice industrie du jeu vidéo qui n'en finit plus de battre des records de croissance, et que même une pandémie ne peut faire vaciller.

Trinquons mes jolis yo ho !

Pour comprendre la stratégie de Disney, il faut remonter à 2005. Cette année marque en effet l'arrivée de Bob Iger à la tête du groupe et le début des grandes manœuvres qui mèneront Mickey et ses amis à la quasi-hégémonie qu'ils connaissent aujourd'hui, avec notamment les univers Marvel et Star Wars. Le début du règne de Iger est principalement associé au rachat de Pixar, dont la capacité à générer des billets verts n'était plus à démontrer depuis le succès du Monde de Nemo.

Mais en 2005, le jeu vidéo (et son…
Adrien Madin
Lire tout l'article