Attaque à l'arme blanche à Paris : six gardes à vue en cours, une vidéo à l'étude

www.france24.com
lecture 5 min
standard
Plus de 48 heures après l'attaque au hachoir à Paris, l'enquête antiterroriste se poursuit dimanche : six personnes se trouvent garde à vue et les autorités analysent une éventuelle vidéo de revendication.
En plein procès de l'attentat meurtrier qui a visé l'hebdomadaire satirique en janvier 2015, un homme a attaqué au hachoir vendredi midi deux personnes devant les anciens locaux de Charlie Hebdo à Paris, pensant s'attaquer au personnel de la publication satirique.



Publicité Lire la suite

Neuf personnes en garde à vue et une éventuelle vidéo de revendication à l'étude : plus de 48 heures après l'attaque au hachoir à Paris, l'enquête antiterroriste se poursuivait dimanche autour du parcours du principal suspect qui a reconnu vouloir s'en prendre à Charlie Hebdo.

Au cœur de l'enquête, l'identité de celui que le procureur national antiterroriste, Jean-François Ricard, a qualifié dès vendredi d'"auteur principal" de l'attaque qui a fait deux blessés graves devant les anciens locaux de Charlie Hebdo : cet homme se présente comme Hassan A., âgé de 18 ans, né à Mandi Bahauddin, une ville agricole du Pendjab au Pakistan.

"Aucun signe de radicalisation"

Inconnu des services spécialisés sous cette identité, l'homme "parle un peu le français, mais bénéficie d'un traducteur en ourdou", selon une source proche de l'enquête.

Sa garde à vue, entamée vendredi midi après son interpellation par la police, place de la Bastille à Paris, a été prolongée de 48 heures dimanche par un juge des libertés et de la détention, selon une source judiciaire.

L'identité d'Hassan A. correspond à celle d'un jeune homme entré en France alors qu'il était encore mineur, il y a trois ans. Pris en charge par l'aide sociale à l'enfance dans le Val-d'Oise jusqu'à sa majorité en août 2020, il ne présentait "aucun signe de radicalisation", selon le Conseil départemental. De source proche de l'enquête, Hassan A. envisageait de se lancer dans une formation aux métiers du bâtiment.

Deux des domiciles présumés de cet homme présenté comme "itinérant" ont été…
FRANCE 24
Lire tout l'article