Attentat près des anciens locaux de "Charlie Hebdo" : que sait-on des groupes pakistanais qui ont influencé...

www.francetvinfo.fr
lecture 7 min
standard
Selon les premiers éléments de l'enquête, l'homme de 25 ans accordait une oreille attentive à un parti politique extrémiste antiblasphème et à un groupe religieux influent.
Selon les premiers éléments de l'enquête, l'homme de 25 ans accordait une oreille attentive à un parti politique extrémiste antiblasphème et à un groupe religieux influent.

Dans la vidéo qu'il a enregistrée quelques heures avant l'attentat près des anciens locaux de Charlie Hebdo, vendredi 25 septembre, Zaheer Hassan Mahmoud a cité un nom : Ilyas Qadri. Sans faire allégeance à une quelconque organisation, l'homme de 25 ans a affirmé avoir pour "guide spirituel" ce mollah, chef de file d'un groupe religieux pakistanais de premier plan.

Le principal suspect, mis en examen, mardi, pour "tentatives d'assassinats terroristes", a également répété le slogan d'une formation extrémiste dirigée par un certain Khadim Hussain Rizvi. En garde à vue, certains de ses proches ont rapporté qu'il avait visionné les dernières vidéos de ce leader politique, qui s'était fait remarquer, début septembre, en organisant des manifestations au Pakistan contre la republication par Charlie Hebdo de caricatures du prophète Mahomet.

Ilyas Qadri, Khadim Hussain Rizvi : qui sont ces deux dirigeants influents de la scène politico-religieuse pakistanaise ? Leur discours porte-t-il en creux les germes de l'attaque de Paris et faut-il y détecter l'apparition d'une nouvelle menace terroriste ? Franceinfo vous aide à y voir plus clair, avec l'éclairage de trois spécialistes de l'islam au Pakistan.

Le Pakistan, une "forteresse" contre le blasphème

Rappelons les fondamentaux. Ancienne colonie britannique devenue indépendante en 1947 avec le projet de rassembler les musulmans du sous-continent, la République islamique du Pakistan a été instaurée par la Constitution de 1956. Elle a durci sa ligne théologique dans les années 1980 en prévoyant la peine capitale en cas d'insulte à l'encontre du prophète Mahomet. "Le Pakistan se veut une forteresse de l'islam, dont l'armée a vocation à défendre les frontières terrestres mais aussi idéologiques", illustre l'historien Gilles Boquérat, chercheur associé à la…
Yann Thompson
Lire tout l'article