Attention, ce protocole anti-Covid n'émane pas du ministère camerounais de la Santé

factuel.afp.com
lecture 6 min
standard
Un protocole médical attribué au ministère de la Santé camerounais circule depuis le 9 mars sur les réseaux sociaux: il préconise le recours à l'hydroxychloroquine, à l'azithromycine, au zinc et à la vitamine C pour soigner le Covid-19. Il s'agit en réalité d'un faux, selon les autorités sanitaires camerounaises. Ces dernières assurent ne pas reconnaître cette prescription et mettent en garde la population contre l'automédication.
Attention, ce protocole anti-Covid n'émane pas du ministère camerounais de la Santé

Copyright AFP 2017-2020. Droits de reproduction réservés.



Une publication associée à une fiche de format A4, floquée du logo du ministère camerounais de la Santé, circule sur les réseaux sociaux depuis le 9 mars. Il s'agit du "protocole Covid-19" établi par le Cameroun, assure l'auteur de ce post, relayé sur plusieurs pages Facebook mais aussi sur des messages WhatsApp (1, 2, 3…).

Ce "plan de mise sous traitement", présenté comme un document officiel, propose une liste de médicaments à prendre en cas de test positif au coronavirus. Parmi eux: l'hydroxychloroquine et l'azithromycine, traitement controversé défendu par le professeur français Didier Raoult, mais aussi le zinc et la vitamine C.

"Ayez le protocole chez vous", insiste en lettres capitales le responsable de cette page Facebook, qui invite les lecteurs à s'automédiquer. "Si vous ressentez un moindre malaise appliquez d'abord le protocole avant de cherchez (sic) à comprendre. Ne soyez pas le spectateur de votre protection physique et mental(e)", recommande-t-il.

Capture Facebook, réalisée le 12 mars 2021

En commentaires, les internautes modifient la prescription au gré de leur "expérience". "Le 5 là on remplace ça avec une bouteille de djindja-jus de gingembre- bien glacé... Ça va chauffer à l'intérieur", croit savoir l'un d'eux. "C'est bien ainsi moi-même j'ai eu à traiter un malade avec ce protocole, mais pour moi la vitamine D est plus efficace pour les adultes", affirme un autre.

"Ce serait catastrophique"

Certains internautes se disent néanmoins sceptiques, en raison du caractère peu crédible du document. Ils n'ont pas tort.

La fiche comporte certes le logo du ministère de la Santé. Mais on n'y trouve pas de date, pas de sceau et pas de signature, notamment de la Délégation régionale de la santé publique du Centre, censée être à l'origine du document. Or ces éléments sont normalement présents sur les…
Lire tout l'article