A la une / Police et justice / Affaire Benalla

Au procès Benalla, sur les événements du 1er mai 2018 : « Je reconnais que la scène peut paraître violente »

www.lemonde.fr
lecture 4 min
facile
L'ex-chargé de mission à l'Elysée s'est expliqué, vendredi, sur les violences commises sur un jeune couple place de la Contrescarpe, sans jamais paraître vaciller dans ses certitudes.
Alexandre Benalla, au centre avec un casque, lors d'une altercation avec des manifestants en marge du défilé du 1er-Mai, à Paris, en 2018. NAGUIB-MICHEL SIDHOM / AFP

« J'ai des gestes vigoureux, mais je garde toujours les mains ouvertes, je ne porte jamais de coups. Cela se serait vu si j'avais porté des coups de toutes mes forces. » A la barre de la 10e chambre du tribunal correctionnel de Paris, vendredi 24 septembre, Alexandre Benalla affiche des certitudes aussi massives que peut l'être sa silhouette vue de dos.

Les images sur lesquelles se penche le tribunal en ce septième jour d'audience ne sont pourtant pas en sa faveur : ce sont celles des événements de la place de la Contrescarpe, le 1er mai 2018, l'origine du scandale Benalla, qui est alors chargé de mission à l'Elysée. Et il y en a beaucoup. En gros plan ou de loin, au ralenti, à vitesse normale, image par image, avec ou sans le son, – « de la chirurgie », note l'assesseur Edmond Brunaud, qui mène les débats – le tribunal visionne une seule et même scène vue au travers d'une demi-douzaine de vidéos, dont celle du vidéaste Taha Bouhafs, partie…
Samuel Laurent
Lire tout l'article