Conflit au Tigré : Abiy justifie son devoir de "maintenir l'ordre" devant les émissaires de l'UA

www.france24.com
lecture 5 min
assez difficile
Le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, a redit vendredi qu'il était de son devoir de "maintenir l'ordre" en Éthiopie, au terme d'une avec les envoyés spéciaux chargés par l'Union Africaine (UA) d'une médiation dans le conflit au Tigré.
Publicité Lire la suite

Pour le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed, le conflit au Tigré est une opération de "maintien de l'ordre". Il a réaffirmé cette défense vendredi 27 novembre, au terme d'une rencontre organisée à Addis Abeba avec les envoyés spéciaux chargés par l'Union Africaine (UA) d'une médiation dans le conflit au Tigré.

Abiy Ahmed a ordonné jeudi à l'armée de lancer la "dernière phase" de l'opération militaire déclenchée le 4 novembre, avec l'attaque de Mekele, la capitale de cette région dissidente du nord de l'Éthiopie.

Les dirigeants tigréens, issus du Front de libération du Peuple du Tigré (TPLF), sont retranchés à Mekele, désormais encerclée par les forces fédérales et qui comptait avant le début du conflit quelque 500 000 habitants.

La communauté internationale, inquiète des conséquences d'un assaut pour les civils et de possibles "crimes de guerre", tente de faire pression sur Abiy Ahmed. Mais celui-ci a fermement rejeté toute "interférence dans les affaires internes" de son pays.

"Responsabilité constitutionnelle de maintenir l'ordre"

Entre autres initiatives, l'UA, dont le siège est à Addis Abeba, a nommé trois envoyés spéciaux, les anciens présidents mozambicain Joaquim Chissano, libérienne Ellen Johnson Sirleaf et sud-africain Kgalema Motlanthe, arrivés mercredi dans la capitale éthiopienne. Le gouvernement éthiopien s'est engagé à les rencontrer "par respect", mais avait par avance décliné poliment cette offre de médiation, comme toutes les précédentes.

Vendredi, le Premier ministre a ainsi exprimé dans un communiqué sa "gratitude" envers le chef de l'État sud-africain, Cyril Ramaphosa, qui assure la présidence tournante de l'UA, et envers les envoyés spéciaux, pour leur engagement à proposer "des solutions africaines aux problèmes africains". Mais il a aussi…
FRANCE 24
Lire tout l'article