Coronavirus, ce qu'il faut savoir cette semaine: vacciner le plus grand nombre

www.lefigaro.fr
lecture 7 min
assez facile
Alors que le gouvernement mise sur l'accélération de la vaccination, les Français se méfient du sérum d'AstraZeneca.
Bonjour,

Avec l'objectif de 400.000 injections par jour en avril, le gouvernement donne un coup d'accélérateur à la vaccination. Il faudra toutefois faire preuve de psychologie pour contrer la défiance des Français à l'égard du sérum d'AstraZeneca. Une sacrée gageure quand la vaccination du plus grand nombre, y compris des enfants, apparaît comme la seule solution pour abandonner un jour les gestes barrière. En attendant, les restrictions sanitaires pèsent lourdement sur le moral des Français et notamment des parents d'enfants privés d'école. Une bonne nouvelle cependant : selon le président de la République, il n'y aura pas de nouveau confinement… d'ici à la fin de l'année scolaire.

Bonne lecture,

Camille Lestienne, journaliste au Figaro

1. Course à la vaccination

Un vaccinodrome a ouvert au Stade de France à Saint-Denis en Île-de-France. GONZALO FUENTES / REUTERS

Vacciner au plus vite. L'objectif de 10 millions de primo-vaccinés à la mi-avril devrait être «anticipé de quelques jours», selon le ministre de la Santé, qui se veut confiant sur la prochaine livraison des vaccins. Olivier Véran compte sur tous les leviers mis en place pour accélérer la vaccination: vaccinodromes, injections à domicile, centres militaires. Alain Fisher, le monsieur Vaccin du gouvernement, vise «une cadence de 400.000 injections par jour en avril». «Nous sommes sur la bonne voie», confie-t-il au Figaro tout en jugeant possible «de desserrer l'étau très progressivement» à partir du mois de mai. Quant aux gestes barrières, nous devrions faire avec, de longs mois encore. Selon une étude de l'Institut Pasteur, pour envisager de les abandonner, il faudrait vacciner 90% des 65 ans et plus, et entre 89 et 100% des moins de 65 ans. Un taux inenvisageable sans rendre la vaccination obligatoire. La solution? Vacciner les enfants. «Le taux de couverture vaccinale permettant de se passer des gestes barrières tomberait alors à 60-69% de la population», rapporte le service Sciences du…
Camille Lestienne
Lire tout l'article