Actualité / Religion

Courant mystique de l'islam, le soufisme peut-il être violent ?

www.la-croix.com
lecture 3 min
standard
Selon les informations du Monde, l'auteur présumé de l'attaque terroriste perpétrée devant les locaux de Charlie Hebdo, vendredi 25 septembre, aurait revendiqué son appartenance à un mouvement islamique pakistanais d'inspiration soufie. Courant mystique de l'islam, le soufisme est pourtant réputé pour sa dimension spirituelle et pacifique. Peut-il basculer vers la violence ?
Il est le principal suspect dans l'attaque au hachoir commise devant les locaux de Charlie Hebdo, vendredi 25 septembre. Selon les premières conclusions des enquêteurs révélées par Le Monde, « Hassan A. » a justifié son acte en prêtant allégeance dans une vidéo à une organisation islamique d'origine pakistanaise, le Dawat-e-islami. Non-violente et répandue à travers le monde, elle est d'inspiration soufie.

→ À LIRE. Attaque à Paris, le suspect a indiqué avoir agi par « colère » contre « Charlie Hebdo »

Dans la galaxie des courants de l'islam, le soufisme est associé à une vision pacifique et progressiste de la religion. Pour se soumettre à la volonté de Dieu, le croyant doit favoriser une forme de « djihad » intérieur, et chercher la transcendance spirituelle. Les adeptes de cette philosophie de l'islam cherchent la sagesse et l'amour de Dieu par le biais de figures mystiques, généralement poètes.

Un mouvement à remettre en contexte

Proche du soufisme, le groupe religieux Dawat-e-Islami doit cependant être remis en contexte dans son pays origine, le Pakistan. Car il s'intègre dans le mouvement plus vaste du barelvisme, très représenté au sein de la République islamique.

Dans la lignée du soufisme, les barelvis vénèrent des saints musulmans, et sont très attachés aux sanctuaires qui renferment leurs…
Caroline Celle
Lire tout l'article