Dans le Comminges, le paradis des animaux de la ferme

www.ladepeche.fr
lecture 4 min
facile
Il y a 2 ans, Stéphanie Noël et George Homs ont ouvert un sanctuaire pour les animaux de la ferme dans le Comminges. Aujourd'hui, ces deux anciens citadins engagés pour la cause animale ne regrettent pas leur choix. Reportage.
l'essentiel

Une tache rosée se détache dans le paysage automnal du Comminges. Félicie, la truie de 350 kg est la première habitante du Sanctuaire de La Garie que l'on aperçoit. Pour arriver jusqu'ici, il faut emprunter des routes tortueuses. Au sommet d'une colline, un chemin communal mène jusqu'à l'exploitation de 55 hectares de Stéphanie Noël et George Homs, 58 ans tous les deux. Depuis bientôt deux ans, ces anciens citadins ont décidé de donner vie à une utopie : offrir une retraite confortable aux animaux réformés de l'élevage. Trop vieux, trop peu productif, non conforme ? L'animal de la ferme peut venir ici vivre une retraite paisible et éviter l'abattoir. À La Garie — qui signifie la guérison en vieil occitan — buffle, poules et autres biquettes sont au centre du projet imaginé par deux passionnés. « Avant de nous lancer, nous avons observé pendant près de deux ans et demi le fonctionnement d'autres associations et sanctuaires, détaille George Homs. Souvent, il y a beaucoup de bonne volonté, mais trop d'animaux. Nous, nous sommes une exploitation agricole, notre modèle ne repose pas sur des bénévoles. » Il dépend exclusivement des bras, de la passion et des fonds propres du couple.

Des citadins devenus agriculteurs

« Je suis une enfant de la balle, raconte Stéphanie Noël, fille de l'actrice et chanteuse Magali Noël (l'interprète de « Fais-moi mal Johnny »). Après avoir été comédienne, je suis partie m'installer à Nice où j'ai fait des études en énergétique chinoise. » L'aventure ne dure que peu de temps, le monde du théâtre la rattrape. Cette…
Chloé Delbès
Lire tout l'article