Décollage imminent pour quatre touristes à bord de la fusée Falcon9 de SpaceX

www.europe1.fr
lecture 4 min
assez facile
Quatre touristes vont passer trois jours dans l'espace à partir de mercredi soir, une grande première. Ils vont voyager à bord de la fusée Falcon9 de SpaceX. Une étape décisive pour Elon Musk, qui rêve de démocratiser l'accès à l'espace. Après les vols de Virgin Galactic et celui de Blue Origin cet été, le secteur du tourisme spatial est en pleine ébullition.
Quatre humains n'ayant jamais été dans l'espace auparavant peuvent-ils passer trois jours seuls en orbite autour de la Terre, en ne s'étant entraînés que quelques mois ? C'est le défi que s'est lancé SpaceX, dont la première mission de tourisme spatial doit décoller ce mercredi soir. Baptisée Inspiration4, elle est la première mission de l'histoire à n'envoyer en orbite que des novices, sans aucun astronaute professionnel à bord.

15 tours de la terre par jour

Le décollage doit avoir lieu à partir de 20H02 (00H02 heure française), avec une fenêtre de lancement de cinq heures et pour le moment une météo favorable. La fusée Falcon 9, portant à son sommet la capsule Dragon, sera propulsée depuis la mythique aire de lancement 39A du Kennedy Center de la Nasa, en Floride, d'où décolla notamment la mission Apollo 11 pour la Lune.

Pour Jean-François Clervoy, spationaute à l'Agence spatiale européenne (ESA), c'est une "grande première", car à la différence des missions Virgin Galactic et Blue Origin, qui durent entre deux et trois minutes, la mission Inspiration4 dure trois jours. "Ils vont vivre seize tours du monde par jour, donc un panorama de la terre sous toutes les coutures. Ils vont vivre, partager des repas et des périodes de sommeil", explique le spationaute. Autre particularité : les quatre néo-spationautes n'auront aucune tâche opérationnelle à accomplir. "Ils vont le vivre pleinement, avec leurs tripes, en étant en relation avec le centre de contrôle. Et ça restera un moment très fort dans leur vie."

Les quatre Américains à bord doivent voyager plus loin que la Station spatiale internationale (ISS), à une orbite…
Océane Théard, édité par Clément Perruche avec AFP
Lire tout l'article