Islam
Loi
Chef d'État
Religion
Politique
Média
Rassemblement National
République
Loi de Séparation des Églises Et de l'État
Laïcité en France
Culte
Emmanuel Macron
Association Loi de 1901
Droit
Ghetto
Discrimination
Culture
Constitution
Liberté
Communautarisme
Nationalisme
Salafisme
Avocat
État
Service Public
Liberté de la Presse
Marine le Pen
Institut d'Études Politiques de Paris
Liberté de Religion
Indépendantisme
Éducation
Lumières
Arabe
Raison
Islamisme
Neutralité
Banlieue
Paradis Fiscal
Conscience
Police
Terrorisme
Égalité Devant la Loi
Évasion Fiscale
Pluralisme
Pédagogie
Racisme
Justice
Télévision
Ciment
Incitation à la Haine Raciale
Libéralisme Économique
Mosquée
Symbole
Ordre des Avocats de Paris
Subvention
Mission Interministérielle de Vigilance Et de Lutte Contre les Dérives Sectaires
Le Monde
Torture
Frères Musulmans
Conseil Français du Culte Musulman
Santé
Communauté
Libertés Publiques
Louis-Georges Tin
Fondamentalisme
Violence Policière
Mixité Sociale
Marlène Schiappa
Social-Libéralisme
Néolibéralisme
Maître de Conférences
Association Cultuelle
Stigmatisation
Délégation de Service Public
Colonisation
Nationalisme Corse
Post-Colonialisme
Enseignement Privé Hors Contrat
Parti Politique
État Fédéral
Droite
Multiculturalisme
Territoire
Emploi
Transport
Élection
Vote
Politique de Rigueur
Polémique
Forme de Gouvernement
Siècle des Lumières
Développement Durable
Société Civile
Psychanalyse
Autonomie
Population
Individu
Catholicisme
Français
Radiodiffusion
Génétique
Minorité
Empire Ottoman
Contractualisme
Socialisme
Organisation
Enseignement Privé en France
Xénophobie
Empire Colonial Français
Militantisme
Charte des Valeurs Québécoises
Société
Crise Économique Mondiale des Années 2008 Et Suivantes
Enfant
Centrisme
Mine
Troisième République Française
Radicalisme
Histoire

En quoi le discours de Macron sur le(s) séparatisme(s) est-il dangereux ?

www.humanite.fr
lecture 7 min
standard
Le 2 octobre dernier, le président de la République s'exprimait sur les séparatismes, en évoquant l'islamisme radical. Une loi est en préparation.
Réponses illusoires à l'islam politique

par Jean-Paul Scot, Historien

Certains ont applaudi le président de la République pour avoir enfin dénoncé « le séparatisme islamique » tout en prenant soin de ne pas « stigmatiser tous les musulmans » ? Faut-il le féliciter également pour avoir reconnu que la République avait abandonné les populations des « quartiers » aux « porteurs de l'islam radical » ? Faut-il saluer encore sa prise en compte du « passé colonial » de la France et des « traumatismes » postcoloniaux ? Le discours d'Emmanuel Macron n'en reste pas moins triplement dangereux.

Premièrement, il l'est par l'ambiguïté de ses diagnostics. Incriminer la « République », comme il le fait, c'est dédouaner les responsabilités des colonisateurs et des dirigeants des partis de droite, du centre, mais aussi socialiste qui ont mené les guerres coloniales. Expliquer la ghettoïsation par une « politique de peuplement », c'est camoufler les appels systématiques aux « Français musulmans » et « ultramarins » pour diviser les travailleurs et accroître l'exploitation. Répéter sans cesse que « la République a laissé faire », c'est amnistier toutes les politiques néolibérales et sociales-libérales d'abandon des services publics.

Il est dangereux ensuite par les contradictions de ses objectifs. Le président de la République enfreint la « neutralité de l'État » en matière religieuse, à laquelle il est tenu par la loi de 1905, quand il déclare fort peu diplomatiquement que « l'islam est une religion qui vit une crise partout dans le monde ». Et s'il dénonce les « interventions extérieures » des Frères musulmans et des salafistes, il ne met pas en cause les États qui soutiennent ouvertement ces courants religieux et avec lesquels la France entretient d'excellentes relations. Pourquoi ne critique-t-il pas les « séparatismes » de tous les fondamentalismes religieux et le séparatisme social des écoles privées et des ghettos de riches ? Son objectif est bien de « bâtir ensemble,…
Lire tout l'article