[Goldnadel] Affaire Kelly/Schneidermann : lettre ouverte au Procureur de la République

www.valeursactuelles.com
lecture 4 min
standard
Monsieur le Procureur, j'avoue une sorte de pathologie inguérissable : je ne me résous pas à l'injustice de la justice. Aux deux poids et aux deux mesures en fonction de la personnalité des accusés ou des victimes. Mon âge ne fait rien à l'affaire, je n'arrive pas à m'y faire.  Je n'ai pas besoin de vous rappeler le cas Obono/Valeurs actuelles, vous vous en êtes saisi vous-même. Sans doute n'êtes-vous pas resté sourd aux cris d'orfraies poussés par les professionnels de l'indignation sélective.
Monsieur le Procureur, j'avoue une sorte de pathologie inguérissable : je ne me résous pas à l'injustice de la justice. Aux deux poids et aux deux mesures en fonction de la personnalité des accusés ou des victimes.

Mon âge ne fait rien à l'affaire, je n'arrive pas à m'y faire. Je n'ai pas besoin de vous rappeler le cas Obono/Valeurs actuelles, vous vous en êtes saisi vous-même. Sans doute n'êtes-vous pas resté sourd aux cris d'orfraies poussés par les professionnels de l'indignation sélective.

Bien que l'église cathodique ne s'en soit pas émue, il n'est pas impossible qu'une sphère électronique que l'on dit fâcheuse vous ait rapporté que Daniel Schneidermann, par ailleurs responsable du site « Arrêt sur images », avait qualifié sur Twitter la journaliste Christine Kelly, actuellement sur CNews et ancienne membre du CSA, de « servante » de M. Eric Zemmour après avoir souligné sa couleur de peau.

Je vous reproduis ici le passage le plus explicite de ses imprécations : « Car se trouve aussi sur le plateau une femme de couleur... que la chaîne de Bolloré qui ne manque pas d'humour a assignée à la présentation quotidienne du show... et puis elle est restée là, humble, muette, à assister à sa propre…
Gilles-William Goldnadel
Lire tout l'article