"Irréversible - Inversion intégrale" : Gaspar Noé remonte son film à l'endroit et le transcende

www.francetvinfo.fr
lecture 3 min
assez facile
Attention : il ne s'agit pas d'une reprise, mais d'une version totalement remontée qui raconte l'histoire chronologiquement, au lieu de l'exposer à rebours comme à son origine : un autre film, imprévisible.
Attention : il ne s'agit pas d'une reprise, mais d'une version totalement remontée qui raconte l'histoire chronologiquement, au lieu de l'exposer à rebours comme à son origine : un autre film, imprévisible.

En compétition à Cannes en 2002, Irréversible avait fait scandale. Monica Bellucci et Vincent Cassel, alors couple iconique du cinéma, y jouaient la victime d'un viol filmé en temps réel, et son vengeur, assisté d'Albert Dupontel. Gaspar Noé avait alors choisi de raconter cette histoire en commençant par la fin pour remonter jusqu'au début. Le réalisateur ressort mercredi 26 août son film dans l'ordre inverse, du début à la fin. Terrible.

Trauma

Au centre du film : le viol. Centre du sujet, il intervient au juste milieu du film. Scène insoutenable, d'un quart d'heure, en plan fixe, caméra face à Monica Bellucci qui, à terre, subit les pires outrages d'une violence inouïe. Accusé de complaisance, voire de voyeurisme, Gaspar Noé montre mieux que tous les discours et témoignages l'horreur d'un acte qui a lieu justement tous les quarts d'heure en France. Il nous met face à lui. Scandaleux ? Non, il inflige au spectateur une prise de conscience. Brutale, sans concession et cinématographique.

Mais il va plus loin. Il développe son récit en montrant le compagnon de la victime prêt à tout pour la venger, au cours d'une nuit qui va le conduire, avec son meilleur ami, à…
Jacky Bornet
Lire tout l'article