Accueil / Environnement / Pollution

Israël : la marée noire noyée dans le silence

www.liberation.fr
lecture 4 min
standard
La justice israélienne a ordonné une «ordonnance d'interdiction de publier» des informations sur la marée noire qui touche les côtes du pays. Une décision exceptionnelle d'habitude réservée aux questions qui touchent à la sécurité nationale
Le mystère autour de la marée noire qui noircit le littoral d'Israël et de la bande de Gaza depuis plusieurs jours s'épaissit. Le bateau responsable n'a toujours pas été identifié. Neuf noms constituent la liste des suspects. «Il ne semble pas qu'on puisse parler d'un dégazage mais d'une avarie grave, à savoir la fissure d'une citerne de fioul de propulsion d'un cargo, pas forcément d'un pétrolier ou d'une des citernes d'un tanker dédié au transport d'hydrocarbures», avance l'ONG Robin des bois, qui suit ce type de catastrophes. Plusieurs journaux israéliens ont tenté en début de semaine, de lever, ou du moins d'alléger, «l'ordonnance d'interdiction de publier» décrétée par le tribunal de Haïfa, et annoncée mardi par le ministre de la Protection environnementale, concernant les détails de l'enquête.

Accueillie avec étonnement, cette «obligation de silence», en termes de droit français, se justifie, selon le ministère concerné qui répondait au quotidien Haaretz, par le fait que «publier à ce stade sensible [des détails concernant le navire responsable de la marée noire] pourrait mettre en danger une enquête complexe aux ramifications internationales». Pourquoi ? La réponse évasive des autorités ne le laisse pas deviner. Cette décision est d'autant plus étrange que la procédure est d'ordinaire réservée aux questions relatives à la sécurité nationale.

«Pour moi qui travaille sur ces questions depuis de longues années, c'est une vraie première», reconnaît Gil Dror, avocat israélien spécialisé dans les questions environnementales.

En net recul ces dernières décennies

Au-delà de cette catastrophe qui pourrait prendre des années à être nettoyée, il y a de l'espoir à l'horizon : ce type d'événements est en net recul ces dernières décennies. «Des accidents ont toujours lieu, mais plus de 99,99 % du pétrole transporté par mer arrive à destination en toute sécurité», avance de son côté l'International Tanker Owners Pollution Federation (ITOPF), une organisation à but non…
Coralie Schaub, Pierre-Simon Assouline
Lire tout l'article