La FSF avertit que Windows 11 prive les utilisateurs de leur liberté et de leur autonomie numérique

windows.developpez.com
lecture 4 min
assez difficile
Les exigences matérielles de Windows 11 constituent l'un des débats les plus animés des cinq derniers mois au sein de la communauté, mais la FSF (Free Software Foundation) n'y avait pas participé jusque-là. Au lieu de cela, elle a attendu la date de sortie officielle du système d'exploitation pour donner son avis sur le sujet. La FSF considère Windows 11 comme un "pas important dans la mauvaise direction en ce qui concerne la liberté des utilisateurs". L'organisation allègue que Window...
Le nouvel avatar du système d'exploitation de bureau de Microsoft a fait l'objet d'un nombre important de critiques, de la part des utilisateurs comme d'organisations diverses. Même si Windows 11 est une refonte majeure de Windows, avec de nouvelles fonctionnalités pour améliorer la productivité, la sécurité et l'expérience de jeu, Microsoft a frustré pas mal d'utilisateurs en mettant la barre très haute en ce qui concerne la qualité du matériel qu'il faut pour exécuter le système d'exploitation. La société fonde son argumentaire sur le fait qu'elle cherche à assurer la sécurité des utilisateurs, mais les exigences mettent des millions de PC, parfois neufs, à l'écart.Dans un billet de blogue publié le 5 octobre (date de sortie officielle de Windows 11) par Greg Farough, le responsable des campagnes de la FSF, l'organisation affirme que Windows 11 est une régression en ce qui concerne les libertés numériques. « Le 5 octobre est sorti Windows 11, un système qui a longtemps refusé aux utilisateurs la liberté et l'autonomie numérique, et cette nouvelle version ne fait rien pour y remédier. Si Microsoft a lancé un certain nombre de slogans vagues et inspirants sur la communauté et la solidarité, Windows 11 constitue un grand pas dans la mauvaise direction en ce qui concerne la liberté des utilisateurs », a écrit Farough.Pour rappel, la FSF a été créée par Richard M. Stallman, ancien employé du MIT (il a démissionné en septembre 2019 au milieu d'une affaire d'agression sexuelle), pour essayer de développer un système d'exploitation et d'autres utilitaires qui n'empièteraient pas sur la liberté d'expression. Le mot "gratuit" ne fait pas référence au prix, mais à la possibilité de modifier et de partager le logiciel comme on le souhaite. Farough a déclaré que Microsoft avait "intentionnellement choisi de créer une structure de pouvoir…
Lire tout l'article