La planète Vénus n'aurait jamais eu d'océans, car « son atmosphère ne s'est pas suffisamment refroidie »

www.20minutes.fr
lecture 4 min
assez facile
« 20 Minutes » a interrogé l'astrophysicien bordelais Jérémy Leconte, qui a participé à une étude concluant que la planète Vénus n'aurait jamais pu avoir d'océans, contredisant une étude américaine
Particulièrement hostile avec des températures atteignant les 450°C, la planète Vénus a-t-elle pu bénéficier d'une atmosphère plus clémente à sa création ? A-t-elle déjà abrité des océans ? Si une étude américaine a émis l'hypothèse que oui, elle est aujourd'hui contredite par des travaux à paraître ce jeudi dans Nature, après une étude pilotée par l'université de Genève et impliquant des scientifiques du CNRS et de l'Université de Versailles Saint Quentin 1 (UVSQ) et du Laboratoire d'astrophysique de Bordeaux.

Vénus n'aurait jamais eu d'océans, c'est la conclusion d'une étude publiée aujourd'hui dans Nature et à laquelle a participé Jérémy Leconte du LAB. Ce travail montre aussi que la Terre doit son habitabilité à la faible luminosité initiale du Soleil. https://t.co/Gosj7Eb7ii pic.twitter.com/pW5hJ6bFpu — LabAstroBordeaux (@LabAstroBord) October 13, 2021

Grâce à un modèle climatique de dernière génération, l'équipe de recherche a établi un scénario différent de l'étude américaine, dont les premiers résultats avaient été présentés en 2016. 20 Minutes a interrogé l'astrophysicien bordelais Jérémy Leconte, chargé de recherches au CNRS, qui a participé à cette étude.

Comment en êtes-vous arrivé à la conclusion que Venus n'a jamais abrité d'océan, contredisant ainsi l'étude américaine ?

On ne la contredit pas vraiment, mais son hypothèse de départ ne s'applique pas. Elle avait simulé la présence d'océans sur Vénus, dans le but de déterminer si ces océans avaient pu se maintenir dans le temps, concluant que oui. Nous, nous avons voulu…
Propos recueillis par Mickaël Bosredon
Lire tout l'article