La série «What If…?» de Marvel laisse un peu sur sa faim | Slate.fr

www.slate.fr
lecture 5 min
assez facile
On est vaguement déçu qu'un si gros potentiel ne soit pas mieux exploité. La nouvelle série animée de Marvel What If…? se base sur un alléchant postulat: «Et si» les grands événements de l'univers cinématographique Marvel (MCU, pour les initiés) s'étaient passés différemment? Et si...
Temps de lecture: 4 min

La nouvelle série animée de Marvel What If…? se base sur un alléchant postulat: «Et si» les grands événements de l'univers cinématographique Marvel (MCU, pour les initiés) s'étaient passés différemment?

Et si, par exemple, Steve Rogers n'était jamais devenu Captain America? Et si T'Challa, au lieu de devenir la Panthère noire, était devenu Star-Lord à la place de Peter Quill? Sur le papier, c'est un sympathique moyen d'explorer les univers multiples esquissés par Loki et même Spider-Man: New Generation. Cependant, en pratique, la série est un verre à moitié plein –ou peut-être à moitié vide.

Mixité mitigée

Les deux épisodes résument parfaitement les deux revers de cette médaille. Le premier: «Et si... Captain Carter était devenu le premier Avenger?» propose un univers où c'est Peggy Carter, l'amoureuse de Steve Rogers, qui reçoit le sérum de super-soldat à sa place. Les péripéties qui s'ensuivent sont chouettes –voir Peggy régler leur compte à tout un tas de nazis mettra la larme à l'œil de quiconque regrette l'Agent Carter– mais sonnent aussi curieusement creux. Un des fléaux qui affligent l'univers Marvel est son manque de super-héros féminins (seuls Captain Marvel et La Veuve noire sont centrés sur des femmes) et regarder Peggy prendre la place de Captain America ne fait que souligner à quel point elles sont rares à se retrouver au premier plan. La nature temporaire du statut de capitaine de Peggy ne rend cette prise de conscience que plus aigre-douce.

Les fans ont également souligné que bien que What If…? fasse un minuscule pas en direction de la représentation d'une super-héroïne dans une réalité hypothétique, mettre une Blanche à la place de Steve Rogers a un côté étrangement régressif dans la mesure où dans la chronologie originelle, Captain America est désormais un homme noir.

Ce qui ne signifie pas que Cap devrait être l'un ou l'autre…
Karen Han
Lire tout l'article