A la une / Opinions / Police et justice

« Le quinquennat d'Emmanuel Macron est, depuis son origine, marqué par l'agressivité »

www.lemonde.fr
lecture 4 min
standard
Une partie des difficultés rencontrées aujourd'hui dans l'exercice du maintien de l'ordre provient de la mise en tension permanente des forces de sécurité depuis 2015, estime dans sa chronique Françoise Fressoz, éditorialiste au « Monde ».
Chronique. Samedi 28 novembre, alors que le petit commerce était autorisé à lever le rideau après un mois de confinement, de nouvelles manifestations se sont déroulées à Paris et en province pour défendre la liberté d'expression et dénoncer les violences policières. Et comme beaucoup le redoutaient, de vifs affrontements ont marqué la fin de la manifestation parisienne.

La concomitance des deux événements au moment où le pays, fortement marqué par la crise sanitaire, tente de reprendre pied, était parfaitement fortuite. Elle souligne le défi auquel reste confronté le président de la République : le niveau de violence qui imprègne la société française reste dangereusement élevé. Au comportement inacceptable de certains policiers répond celui, inacceptable également, de certains manifestants. En trois ans et demi, pas moins de trois ministres de l'intérieur ont tenté de faire baisser la pression. En vain. Gérard Collomb et Christophe Castaner venaient de la gauche, Gérald Darmanin incarne la droite. Leur échec est patent.

A rebours de la « bienveillance » prôné par…
Françoise Fressoz
Lire tout l'article