Les éditions Bauer : un nom brillant, une histoire sombre

www.courrierinternational.com
lecture 3 min
facile
Le 29 février, le jury de la Berlinale ne décernera pas de prix Albert-Bauer, du nom du premier directeur du festival international du film de Berlin. Car l'histoire du premier groupe de presse en Europe plonge ses racines dans des compromissions avec le nazisme. Une affaire en cours d'élucidation.
NOUVEAU HORS - SERIE Un an après le début des gilets jaunes, Courrier international revient sur ces populations qui se sentent abandonnées. 76 pages. > Commander

NOUVEAU HORS - SERIE Les articles qui ont marqué l'année sont dans notre Best of 2019. 76 pages. > Commander

SALON DESTINATIONS NATURE Des places à gagner pour le salon ainsi qu'un week-end détente pour 2 en Sologne. Je participe >

NOUVEAU HORS - SERIE Le monde en 2020 : que nous réservent les mois qui viennent ? 76 pages. > Commander

Avant de quitter Hambourg le 15 mai 1940, Paul Dessauer a passé six semaines dans le camp de concentration d'Oranienburg. Les nazis l'y avaient envoyé car ils accusaient ce commerçant juif de vouloir faire sortir des capitaux du pays. Le fait est que Dessauer n'avait plus d'avenir en Allemagne. Il ne pouvait plus disposer librement de son patrimoine : une ordonnance de l'Oberfinanzdirektion ["Haute Direction des finances"] lui interdisait de transférer de l'argent sans autorisation.

Pourtant, les Dessauer étaient profondément enracinés en Allemagne : certains s'étaient battus sous ses drapeaux et…
Nils Klawitter
Lire tout l'article