Actualité / Culture

« Maurice Genevoix est un virtuose des choses vues »

www.la-croix.com
lecture 3 min
facile
L'écrivain Michel Bernard revient sur l'œuvre de Maurice Genevoix. L'auteur de certaines des plus belles pages sur la Première Guerre mondiale va faire son entrée au Panthéon le 11 novembre prochain, jour du centenaire du Soldat inconnu.
La Croix : Quel est le Maurice Genevoix qui doit entrer au Panthéon ?

Michel Bernard : C'est l'auteur de Ceux de 14, avec son livre qui contient toutes ces âmes tuées autour de lui. C'est même la première fois qu'on fait entrer au Panthéon un analphabète, des paysans, des boxeurs, toute une compagnie d'infanterie et avec eux les civils de la Meuse, les chevaux blessés, errants, agonisants, la chouette du clocher des Eparges, le crissement des arbres vrillés par le souffle des obus, les oiseaux qui continuent de chanter au milieu du massacre. Ces deux cents personnages qui peuplent cette somme ressemblent aux huit millions de combattants. Genevoix les a inhumés dans la langue française.

→ À LIRE. À Maurice Genevoix, la patrie enfin reconnaissante

Comment est-il passé de la gloire à l'oubli ?

M. B. : Il a été rejeté à partir des années 1980. Écrivain des dictées, académicien couvert d'honneurs et, rédhibitoire pour l'époque, il incarnait la figure de l'ancien combattant. Toutes ces distinctions l'ont lesté d'une bassine de ciment aux pieds. Mais pour les historiens, les livres de Genevoix sur la Grande Guerre demeurent la principale ressource de témoignage. Qu'il soit maintenu hors du champ littéraire, ignoré par l'Université, est scandaleux.

Vous écrivez que Ceux de 14 est « au-delà de la littérature ». Que voulez-vous dire ?

M. B. : L'objectif de Genevoix n'est pas littéraire. Il se met au…
Recueilli par Jean-Claude Raspiengeas
Lire tout l'article