Meurtre de Daphne Caruana Galizia : la justice enfin rendue à Malte ?

www.france24.com
lecture 7 min
standard
Après des années d'enlisement, l'enquête sur l'assassinat de la journaliste maltaise Daphne Caruana Galizia a pris un nouveau virage cette semaine. Selon la police, toutes les personnes impliquées dans cette affaire, qui a fait vaciller jusqu'au plus haut personnage du pouvoir, sont désormais arrêtées et inculpées.
Des manifestants brandissent le portrait de Daphne Caruana Galizia lors d'un rassemblement en soutien à sa famille, le 3 décembre 2019, à La Valette.

Après des années d'enlisement, l'enquête sur l'assassinat de la journaliste maltaise Daphne Caruana Galizia a pris un nouveau virage cette semaine. Selon la police, toutes les personnes impliquées dans cette affaire, qui a fait vaciller jusqu'au plus haut personnage du pouvoir, sont désormais arrêtées et inculpées.

Publicité Lire la suite

"Nous sommes en mesure aujourd'hui de dire qu'au regard des éléments en notre possession sur le meurtre de Daphne Caruana Galizia, toutes les personnes impliquées - auteurs ou complices - sont aujourd'hui arrêtées et inculpées par le tribunal". C'est par ces mots que le commissaire de police de Malte, Angelo Gafa a commenté, mercredi 24 février, l'inculpation de deux hommes pour complicité dans le meurtre en 2017 de Daphne Caruana Galizia, journaliste maltaise qui enquêtait sur la corruption.

Selon The Guardian, sept hommes au total sont désormais inculpés de complicité dans ce crime. En décembre 2017, trois hommes au casier judiciaire chargé, les frères Alfred et George Degiorgio, ainsi que Vincent Muscat, avaient été arrêtés et inculpés, soupçonnés d'avoir fabriqué, posé et fait exploser la bombe meurtrière. Un quatrième homme lié à cette affaire, Yorgen Fenech, un homme d'affaires propriétaire de la société 17 Black, avait été arrêté en 2019 sur son yacht au large de Malte, alors qu'il tentait de fuir. Un chauffeur de taxi soupçonné d'avoir été un intermédiaire l'accuse d'avoir été le principal commanditaire du meurtre, mais les audiences le concernant n'ont pas encore commencé.

Cette semaine, Vincent Muscat, l'un des hommes soupçonnés d'être un exécutant, a brusquement plaidé coupable au cours d'une audience préliminaire mardi 23 février. Il a été condamné dans la foulée à une peine de 15 ans de prison par le tribunal de La Valette. Il s'agit de la première condamnation…
Stéphanie TROUILLARD
Lire tout l'article