Non, ces photos ne montrent pas l'arrestation de membres de Boko Haram en tenues de l'ONU

factuel.afp.com
lecture 4 min
assez facile
Des photos d'hommes arrêtés avec des gilets pare-balles floqués du logo de l'ONU ont été partagées des centaines de fois sur Facebook. Ces publications affirment qu'il s'agit de membres du groupe Boko Haram arrêtés par l'armée. Pour certains, il s'agit de soldats nigériens ; pour d'autres, il s'agit de soldats nigérians. Ces affirmations sont fausses: ces images montrent un exercice d'entraînement de personnels de sécurité de l'ONU avec des troupes nigérianes.
Non, ces photos ne montrent pas l'arrestation de membres de Boko Haram en tenues de l'ONU



Une photo d'un homme, vêtu d'un gilet pare-balles bleu frappé du logo de l'ONU et de l'inscription WFP, à genoux devant un homme pointant un index accusateur. Une autre avec neuf personnes couchées à même le sol, portant des gilets avec le logo de l'ONU.

Capture Facebook prise le 13/03/2020

Ces deux images apparaissent notamment dans une publication en français, datée du 4 mars 2020 et partagée plus de 350 fois.

D'autres posts (1, 2) les reprennent, affirmant qu'elles ont été prises au Niger. Elle sont à chaque fois accompagnées du même texte évoquant des "terroristes" arrêtés par des soldats de l'armée "nigérienne" alors qu'ils "voulaient rentrer à Maidiguri" (sic). "Les terroristes étaient habillés en tenue de WFP -World Food Program-", le Programme alimentaire mondial de l'ONU, ajoutent ces publications.

D'autres publications en français (1, 2) décrivent la même scène, mais la situe au Nigeria.

Ces images ont également circulé dans en anglais sur Facebook (1, 2, 3) et Twitter (1,2), affirmant que des soldats de l'armée nigériane avaient appréhendé des éléments de Boko Haram qui entendaient pénétrer dans le camp militaire Maimalari, à Maiduguri, en utilisant des vêtements et des véhicules de l'ONU.

Des photos prises au Nigeria, et non au Niger

Si le Niger est exposé aux attaques du groupe Boko Haram, comme le montre cette dépêche de l'AFP…
Lire tout l'article