Norvège : les électeurs appelés aux urnes, un parfum d'alternance flotte sur Oslo

www.lesechos.fr
lecture 4 min
standard
Les élections législatives de lundi en Norvège devraient aboutir à une victoire de la coalition « rouge-vert », menée par le travailliste Jonas Gahr Støre. Mais la montée en puissance des communistes et des écologistes pourrait rendre difficile la constitution d'un nouveau gouvernement majoritaire.
Par Les Echos

Publié le 10 sept. 2021 à 12:21

Le Storting est dominé depuis 2013 par le « bloc bourgeois », coalition de droite rassemblée autour du Parti conservateur. Le Parlement norvégien pourrait toutefois changer de majorité lundi. Alors que les Norvégiens sont convoqués pour des élections législatives, la coalition « rouge-verte » part favorite dans les sondages.

Selon le dernier sondage de Kantar pour TV2, l'actuelle majorité n'obtiendrait que 29 % des voix (Parti conservateur 20,5 %, Parti-populaire chrétien 3,7 % et parti libéral 4,8 %), contre 43,5 % des voix pour le bloc « rouge vert » (Parti travailliste 22,4 %, Gauche socialiste 9,9 % et Parti du centre, de tendance agrarienne 11,2 %). « Il faudrait vraiment que quelque chose de dramatique se produise pour que le bloc bourgeois l'emporte », a estimé auprès de l'AFP le politologue Johannes Bergh de l'Institut norvégien de recherche sociale.

Une nouvelle majorité au péril de la fragmentation à gauche

Ainsi, la Première ministre conservatrice Erna Solberg devrait céder la place au travailliste Jonas Gahr Støre. Ancien ministre de Jens Stoltenberg (Premier ministre de 2005-2013), ce millionnaire de 61 ans a axé sa campagne sur la lutte contre les inégalités, contre la centralisation et pour une politique climatique « juste ». Si le Parti travailliste risque, seul, d'enregistrer un mauvais score lundi, il devrait pouvoir compter sur ses partenaires du bloc « rouge-vert » pour prendre la tête du gouvernement.

Après huit ans de politique de droite, les inégalités ont augmenté en Norvège, nous sommes loin d'avoir fait assez dans la transition climatique et notre Etat-providence a dans bien des domaines été rogné, privatisé ou morcelé Jonas Gahr StøreCandidat travailliste…
Les Echos
Lire tout l'article