Porter plainte depuis chez soi deviendra possible en 2023

www.numerama.com
lecture 3 min
standard
Le gouvernement entend généraliser la plainte en ligne en 2023. Le mécanisme actuel se limite à une préplainte, qui nécessite de se rendre ensuite dans un commissariat ou une brigade de gendarmerie.
« Je souhaite que la plainte en ligne soit mise en œuvre dès 2023  ». Dans son discours clôturant le Beauvau de la sécurité, mardi 14 septembre, Emmanuel Macron a fixé un nouveau cap numérique pour les forces de l'ordre : d'ici un peu plus de deux ans, policiers et gendarmes devront être en mesure de recevoir des signalements de la population directement par Internet.

Ce nouveau service dématérialisé — qui viendra en complément de la plainte classique que l'on peut déposer en se rendant physiquement dans une brigade de gendarmerie ou un commissariat de police — a été confirmé le lendemain en Conseil des ministres, lors du point presse du porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal. La mesure figure aussi dans la synthèse publiée par l'Élysée.

Une extension de l'actuelle pré-plainte en ligne

De fait, l'arrivée prochaine de ce service annoncé par l'exécutif — qui sera possible via les sites web des forces de l'ordre et peut-être aussi à travers des applications dédiées — viendra remplacer le système de la pré-plainte en ligne. Celle-ci constitue en quelque sorte un embryon du dispositif, en place depuis 2013, mais qui nécessite toujours de se déplacer pour signer son dépôt.

La pré-plainte a toutefois…
Lire tout l'article