Santé : l'obligation vaccinale est entrée en vigueur, les réfractaires très minoritaires

www.sudouest.fr
lecture 4 min
standard
L'obligation vaccinale contre le Covid-19 est entrée en vigueur mercredi pour 2,7 millions de professionnels : hôpitaux, maisons de retraite, soignants libéraux, aides à domicile, pompiers, ambulanciers. Mais une petite minorité n'a toujours pas reçu de première dose
Par SudOuest.fr avec AFP

Publié le 15/09/2021 à 20h42

L'obligation vaccinale contre le Covid-19 est entrée en vigueur mercredi pour 2,7 millions de professionnels : hôpitaux, maisons de retraite, soignants libéraux, aides à domicile, pompiers, ambulanciers. Mais une petite minorité n'a toujours pas reçu de première dose

L'ultimatum a expiré. Deux mois après son annonce par Emmanuel Macron, l'obligation vaccinale s'applique à tout le système de soins, au sens large.

Les contrevenants sont prévenus : sans justifier d'une première injection, d'une contre-indication vaccinale ou d'une contamination récente, ils « ne peuvent plus exercer leur activité », selon la loi du 5 août.

Cela doit se traduire pour eux par la suspension immédiate du contrat de travail, sans rémunération - à moins d'utiliser des jours de congé pour retarder l'échéance.

Combien sont dans ce cas ? Des milliers sans doute, même si les estimations varient du simple au décuple, selon les sources. D'après Santé publique France (SpF), qui se base sur des échantillons de l'assurance-maladie, au 12 septembre 89,3 % des soignants avaient reçu au moins une dose dans les structures accueillant des personnes âgées dépendantes (Ehpad, USLD).

Quelques milliers de réfractaires

L'AD-PA, qui regroupe des directeurs d'Ehpad et de services de soins à domicile, a demandé mercredi dans un communiqué du « pragmatisme » au gouvernement et qu'il présente « les solutions qu'il envisage pour pallier les suspensions qu'il impose dans les structures qui ne peuvent fonctionner sans compromettre la sécurité des personnes âgées ».

« Il y aura peut-être 1 % à 2 % de suspensions », a estimé de son côté Florence Arnaiz-Maumé, secrétaire générale du Synerpa, qui représente les Ehpad privés et…
Sud Ouest
Lire tout l'article