Sécurité et gestion des patchs : Le Cigref étrille à nouveau Microsoft

www.zdnet.fr
lecture 4 min
difficile
Le Cigref et trois associations européennes pointent du doigt le rythme trop élevé des mises à jour de sécurité chez Microsoft, et les difficultés rencontrées par les entreprises pour tenir la cadence.
Le Cigref, club informatique des grandes entreprises françaises qui représente plus de 148 entreprises de l'Hexagone, revient à la charge sur la question de la gestion des patchs de sécurité, et cette fois avec des renforts. Dans un communiqué commun, le Cigref se joint à trois associations représentant des DSI dans d'autres pays européens : Beltug en Belgique, CIO Platform Nederland aux Pays-Bas et Voice CIO en Allemagne.

Les quatre organisations s'attaquent aux pratiques des éditeurs logiciels, et en particulier à Microsoft, profitant du lancement de Windows 11 pour faire valoir leurs récriminations : « d'une part, alors que Microsoft communique largement sur ses engagements en matière de sustainability, le cycle de vie de ses produits et services provoque une implacable logique d'obsolescence programmée de parcs d'équipements parfaitement fonctionnels. D'autre part, Microsoft, comme de nombreux autres éditeurs, fait reposer sur les seuls utilisateurs la gestion des vulnérabilités de ses produits et services », résument les auteurs du communiqué.

publicité

Pour une plus grande durabilité dans le logiciel

Sur la logique « d'obsolescence programmée », les associations ont particulièrement dans le viseur les prérequis nécessaires à l'installation de Windows 11, à savoir la nécessité de disposer d'une puce TPM 2.0 et de 4 go de mémoire RAM pour pouvoir espérer migrer ses appareils vers la dernière version de Windows. Pour le Cigref et ses associés, cette politique vise avant tout à garantir à Microsoft « une croissance mécanique de son chiffre…
Louis Adam
Lire tout l'article