Actualité / France

Sélection, déontologie... Le casse-tête de la formation des policiers

www.la-croix.com
lecture 6 min
assez facile
La question de la formation des policiers et de leur déontologie devrait être au centre du discours d'Emmanuel Macron qui clôt le « Beauvau de la sécurité ». La formation à l'éthique et son application sur le terrain doivent être renforcés.
Florian (1) a échoué à l'oral. Le jury de l'école de police lui avait demandé comment il réagirait s'il voyait sa mère balancer des pavés sur ses collègues. «Là j'ai répondu : "Je l'interpelle." Je sais pas, c'était stressant. T'es tout seul, entouré de chefs et d'une psy qui te regarde tout le long, tu sais pas ce qu'elle pense…» Florian, la vingtaine, n'a pas été reçu au concours de gardien de la paix, l'hiver dernier. Il était admissible à l'écrit, avait aussi réussi les épreuves de sport, mais à l'oral, « ça ne l'a pas fait» (toute note inférieure à 5 est éliminatoire).

→ À LIRE. Beauvau de la sécurité, une concertation en trompe-l'œil

Il ne sait pas vraiment dire ce qui a pêché, personne ne le lui a expliqué. Il aurait peut-être dû répondre moins vite, ou dire qu'il préférait déléguer l'intervention à un collègue, ou encore demander conseil au brigadier le plus proche… Bref, mettre en scène ce fameux «discernement » dont parle le Code de déontologie de la police nationale. Le policier, selon ce Code, «tient compte en toutes circonstances de la nature des risques et menaces de chaque situation…» Sur le terrain, ce n'est pas toujours évident…

Baisse du niveau

Et c'est toute la difficulté du recrutement et de la formation dans la police nationale. Comment trouver un équilibre entre recherche d'efficacité, d'opérationnalité et respect de la déontologie ? Comment sélectionner et former de futurs policiers respectueux des règles, mais pas timorés ? Ces questions seront au cœur du déplacement mardi 14 septembre du président de la République à l'École nationale de police de Roubaix (Nord), en conclusion du « Beauvau de la sécurité».

Selon l'Élysée, la question d'un « contrôle indépendant » de « l'action des forces de l'ordre » devrait être abordée. Des annonces pourraient aussi concerner la formation, après des mois de discussions sur la baisse du niveau de recrutement et du temps de formation, passé l'année dernière d'un an à huit mois,avant que le ministère de…
Mikael Corre
Lire tout l'article